Série TV / Films

Premières de films: tragédies familiales, aspirations à de nouvelles vies et palais du XIXe siècle

Par Julian, le novembre 6, 2020 — coronavirus, film, france, italie — 4 minutes de lecture
Premières de films: tragédies familiales, aspirations à de nouvelles vies et palais du XIXe siècle

Les cinémas de plusieurs villes étant touchés par les mesures prises pour lutter contre le coronavirus, soit obligés de fermer leurs portes, soit de modifier leurs horaires pour s’adapter aux couvre-feux, Ce vendredi 6 novembre 2020, un nouveau lot de premières orphelines de nouveautés de grands studios arrive sur nos écrans après avoir lié les sorties de «Trolls 2» et «The Witches» les deux semaines précédentes.

Ce week-end, nos chambres ne reçoivent que cinq nouveautés, dont des titres vénérés dans des festivals comme Cannes, Venise ou Valladolid, et de pays aussi divers que le Maroc, l’Italie ou la France, ainsi que deux productions espagnoles qui touchent à la fois la fiction et le documentaire.


‘Sole’ (2019)

Pour: ‘Sole’ arrive dans nos cinémas après sa fantastique réception au Festival de Venise, où il a remporté le FEDIC Award de la section Orizzonti, et après avoir reçu une nomination pour le meilleur nouveau réalisateur aux David di Donatello Awards 2019. Visual et son drame d’étude de personnages camouflés en font probablement la première la plus chaude de la semaine.

Contre: Au niveau du ton et de la cadence narrative, cela peut paraître excessivement boudeur et dilaté pour certains secteurs des étals.

‘Adam’ (2019)

Pour: Son passage aux festivals de Cannes et Valladolid en 2019 a été un bon nombre d’éloges pour les débuts de la Marocaine Maryam Touzani, dont les débuts dans la direction équilibrent son aspect de dénonciation sociale avec le drame le plus émouvant. Sa volonté de fuir le mélodramatique.

Contre: Sur le plan thématique, la prémisse d ‘«Adam» n’est pas qu’elle soit trop originale.

‘Le palais idéal’ (‘L’incroyable histoire du facteur Cheval’, 2018)

Pour: Comme tout drame du XIXe siècle qui se respecte, «The Ideal Palace» bénéficie d’une conception de production soignée, habillée à la perfection par le directeur de la photographie fiable de Vincent Gallot. Le duo de tête composé de Jacques Gamblin et Laetitia Casta est suffisamment séduisant pour rendre le titre digne de 105 minutes de notre temps.

Contre: Son histoire basée sur des événements réels et l’aspect quelque peu sirupeux que semble avoir le film pourrait soustraire des nombres entiers à la proposition de Nils Tavernier.

Et aussi…

‘Essaim’ (‘Erlauntza’, 2020)

Mireia Gabilondo réalise «Enjambre», une comédie basée sur l’œuvre originale de Kepa Errasti.

«Olea … plus haut! (2019)

Ce documentaire écrit et réalisé par Pablo Mato clôt les premières de la semaine, en se concentrant sur le travail du cinéaste Pedro Olea.

Les recommandations de l’équipe webvz.org

Albertini: «Emma». Une adaptation phénoménale et amusante de l’une des œuvres les plus adaptées de la littérature du XIXe siècle. À l’instar des «Little Women» de Greta Gerwig, Autumn de Wilde donne un bain d’eau fraîche à l’histoire mettant en vedette une idole entière comme Anya Taylor-Joy. Il excite, satire et fascine dans une égale mesure.

Si les premières de cette semaine n’attirent pas votre attention ou si vous souhaitez récupérer des titres qui sont en salles depuis plus longtemps, n’oubliez pas que vous pouvez jeter un œil aux films à l’affiche de la semaine dernière et de la précédente.

Julian

Julian

Je suis correspondant principal chez WebVZ; le site hebdomadaire consacré à l'avenir des médias, la technologie, la culture (série, film, musique) et jeux-vidéo. J'anime parfois (en plus de mes articles), une série de d'interviews percutantes avec les principaux acteurs de l'industrie des médias et de la technologie.

Commentaires

Laisser un commentaire

Votre commentaire sera révisé par les administrateurs si besoin.