Série TV / Films

‘The Strings’, une histoire de fantôme basse fidélité sur la peur de la partition vierge

Par Julian, le novembre 9, 2020 — film — 4 minutes de lecture
'The Strings', une histoire de fantôme basse fidélité sur la peur de la partition vierge

Le bloc créatif il a toujours donné de la joie aux amoureux du fantastique. Des bons jours de «Misery» ou «Barton Fink» au récent «Bliss», l’artiste, dans toutes les disciplines auxquelles il appartient, a fait tout ce qui est éthiquement ou spirituellement possible pour mener à bien son grand travail. ‘Les cordes‘, disponible sur Filmin jusqu’au 22 au sein de sa programmation du TerreurMolins, est la dernière histoire sur le syndrome de, dans ce cas, la partition vierge.

Horreur en basse fidélité

Le film de Ryan Glover, deuxième emploi dans la direction après l’inconnu ‘Hills Green’, co-réalisé avec Krista Dzialoszynski en 2013, se répète dans tous les rôles imaginables avec sa nouvelle histoire fantomatique. Écrivain, producteur, monteur et directeur de la photographie, donne toute la proéminence devant la caméra pour Teagan Johnston, Chanteur et auteur-compositeur canadien qui s’approprie complètement l’histoire.

Cette histoire d’horreur fantôme basse fidélité sur la peur des partitions vierges et de l’isolement est un petite grande surprise qui trouve un équilibre impossible entre les extrêmes. Effrayant et triste dans sa juste mesure, «The Strings» se sent à l’aise au milieu des horreurs actuelles qui ont été jouées à des intensités variables. Il est impossible de ne pas penser à des titres récents comme «  We Are Still Here  » ou «  A Ghost Story  », peut-être les deux films récents qui peuvent le mieux expliquer l’effort remarquable pour offrir quelque chose de différent effectuée par son directeur.

Les cordes

Le film choisit d’être une histoire de fantômes classique et des demeures hantées dans le Canada plus isolé d’aujourd’hui. Le film a une mise en scène exigeante, avec un panorama éternel qui nous situe géographiquement et spirituellement. Si l’on entre dans leur jeu à partir de cette première scène, «The Strings» n’offrira que des joies.

Une histoire de fantômes canadiens

En plein hiver, une musicienne qui se rend dans la cabane isolée de sa tante pour travailler sur du nouveau matériel sera harcelée par une présence sombre mystérieuse qui semble habiter la maison. Catherine travaille sur son premier album solo après une rupture avec un membre du groupe, et ses doutes et ses peurs terrestres et artistiques se heurteront à d’autres peurs moins tangibles et beaucoup plus violentes.

A travers sa relation avec le photographe qui prend les photos de son prochain album, il se rapprochera de la sombre histoire qui parsemait le quartier et de la légende noire du lieu. La narration par le personnage de Grace de l’histoire du passé de la maison est l’une des clés du film et la première approche du horreur pure sans fanfare qui choisit d’être. Ainsi, à travers le statique et le silencieux, en naviguant à travers les (merveilleuses) chansons de Johnston, «The Strings» crée une atmosphère personnelle et accueillante, idéale pour passer un bon moment agité.

critiquer les cordes

Le film regorge de petits détails qui le magnifient. Catherine se réveille tous les soirs à 03h00, heure à laquelle le sommeil est à son plus haut niveau de mélatonine, et que l’on appelle l’heure de la sorcellerie. Glover, intéressée à mettre en valeur l’au-delà à travers les programmes que la protagoniste voit sur son écran, met une torsion sur l’histoire de fantômes moderne lors d’un voyage incroyable, bien au-dessus de la moyenne. «The Strings» est une de ces petites surprises qui tire le meilleur parti de sa prémisse et sait placer les meilleurs ingrédients disponibles pour offrir un produit de haut niveau. Bien sûr, évitez les cyniques et les musiciens qui sont de petits amis de la boucle, bien que dans le il n’y a pas de meilleure boucle qu’une histoire de fantômes.

Julian

Julian

Je suis correspondant principal chez WebVZ; le site hebdomadaire consacré à l'avenir des médias, la technologie, la culture (série, film, musique) et jeux-vidéo. J'anime parfois (en plus de mes articles), une série de d'interviews percutantes avec les principaux acteurs de l'industrie des médias et de la technologie.

Commentaires

Laisser un commentaire

Votre commentaire sera révisé par les administrateurs si besoin.